Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Bienvenu sur le blog de Nord Charente ULM, le blog des passionnés d'aviation et plus particulièrement des ULM. Venez nous rejoindre et découvrir la passion du vol.

Le blog de Nord Charente ULM

Bienvenu sur le blog de Nord Charente ULM, le blog des passionnés d'aviation et plus particulièrement des ULM. Venez nous rejoindre et découvrir la passion du vol.

Archeologie aérienne

com

Si l’archéologie vous intéresse, vous pouvez ajouter celle-ci à votre activité de pilote !

Née dans les années 1930 au Proche Orient avec les photographies aériennes d’un Révérend Père Militaire ( Antoine Poidebard ), l’archéologie aérienne est apparue en France dans les années 60.

La prospection aérienne est un outil indispensable pour renseigner la Carte Archéologique de France soit par la prise de vues venant compléter les connaissances de sites archéologiques connus, soit en découvrant tout simplement de nouveaux vestiges.

En premier lieu, il convient au futur prospecteur aérien, d’avoir un minimum de connaissances archéologiques, à savoir connaître les différentes périodes d’occupations de l’homme sur le territoire.

On distingue plusieurs périodes d’occupation antique :

  • La période néolithique (environ – 3000 ans avant JC): repérage de fossés, de remparts, d’enclos
  • La période protohistorique (environ – 2000 ans avant JC): repérage de vestiges datant de l’âge du bronze, l’âge du fer : nécropoles, enclos …
  • La période gallo-romaine (-50 av.JC jusqu’à + 400 après JC): la romanisation de nos campagnes a constitué un des phénomènes les plus marquants. C’est l’époque des grandes villas, de sanctuaires ou encore de voies de communications, les fameuses voies romaines.

La prospection permet d’identifier des traces suspectes qui peuvent apparaître selon les saisons, dans les cultures : lignes vertes plus foncées, céréales plus jaunes trahissant des murs enfouis etc…

Selon les saisons, le taux d’humidité ne sera pas le même dans le sol et certains vestiges pourront apparaître ..vus du ciel uniquement.

Certains vont me dire: “oui mais… …avec les images prises par satellites, quel intérêt l’archéologie aérienne ?”

Tout simplement parce que la photo prise par le satellite a été prise à un instant précis: -celui du passage du satellite! Si les conditions n’étaient pas favorables à ce moment là, aucune trace n’a pu apparaitre, d’où l’intérêt de faire des survols répétés tout au long de l’année. Ce n’est pas parce qu’une image satellite ne montre aucune trace qu’il n’y a rien en dessous !

Pour faire de l’archéologie aérienne, il faut un appareil photo numérique de bonne résolution avec GPS intégré si possible (pour repérer sur la carte IGN l’endroit de la découverte), une carte détaillée de la région survolée… et un peu de chance !

Bien entendu , il faut respecter la règlementation en vigueur en matière de hauteurs de survols, de toute façon, ce n’est pas en vol à très basse hauteur que l’on repère le mieux. Par expérience, je survole ma région entre 2000 et 2500 pieds, c’est largement suffisant.

Pour ceux que cela intéresse, sur Internet vous avez plein d’informations en tapant archéologie aérienne par les moteurs de recherche, vous aurez pas mal d’éléments pour compléter cet article.

Si la plupart des photos aériennes s’effectuent le matin ou en fin de journée afin d’obtenir un meilleur relief, les prises de vues en milieu de journée rendent les images avec un risque de sur exposition. Les conditions météorologiques et aérologiques sont importantes pour de bonnes conditions de vol et pour votre sécurité. De toute façon, allez prendre des images quand les turbulences rendent le vol inconfortable: pas la peine d’appuyer sur le déclencheur !

Enfin, pensez à votre organisation technique ! Allez changer votre batterie ou votre carte mémoire en plein vol à bord d’un pendulaire… Cela ne s’improvise pas !

Une dernière chose: si vous vous décidez à «regarder par terre» lors de vos prochains vols, vous allez découvrir une multitude de choses «anormales» : Des ronds verts dans les prés, des traces rectilignes etc… Attention, tout n’est pas «archéologique» !

Vous allez découvrir des traces géologiques, des «ronds de champignons» qui peuvent s’identifier à des cercles funéraires protohistoriques, des canalisations ou d’anciennes voies inutilisées aujourd’hui !

Bonnes recherches et bons vols !

Alain BLIEZ

Source : Alain d'ULMACTUALITE

Print
Repost
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article